4 conseils pour mieux s’adresser aux jeunes de 16 à 25 ans

Toucher les jeunes, que l’on soit recruteur, acteur du monde associatif ou encore une collectivité territoriale, est un challenge pour les communicants. Comment toucher la génération Z ? Comment faire pour pallier à l’inévitable choc des générations et atteindre de façon efficace cette tranche d’âge loin d’être évidente à atteindre ?

S’adresser aux jeunes ne s’improvise pas. Il est important de connaître leurs codes, leurs modes de consommation, leurs attentes et leurs besoins afin de communiquer de manière adaptée et surtout efficace. Melt vous donne quelques pistes dans cet article !

1 – Aller là où sont les jeunes : sur le terrain

Quelle meilleure approche pour toucher les jeunes que de se rendre au cœur de l’action là où ils se trouvent ? Une communication aura en effet davantage de chance d’être entendue et de ne pas passer inaperçue, si elle est implantée directement dans l’environnement où les jeunes évoluent. Si les jeunes ne viennent pas dans votre structure, allez aux jeunes !

Par exemple, une association qui accompagne les jeunes de 16 à 25 ans en décrochage scolaire et social, pourrait organiser des « tournées » dans les quartiers, au moyen d’un scooter de livraison et d’un crieur public. Cette approche aurait pour objectif d’attirer l’attention des jeunes vivant dans ces quartiers, en détournant les codes de leur quotidien et en leur faisant passer un message précis qu’ils retiendront aisément au vu de cette rencontre non-habituelle pour recruter.

On peut également citer la campagne de recrutement de Michel et Augustin, « Est-ce que quelqu’un connait quelqu’un qui cherche un job ? ». La DRH de la marque a ainsi lancé un appel aux voyageurs du métro concernant des offres de postes à pourvoir, au lieu d’attendre les candidatures dans son bureau. Les voyageurs se sont prêtés au jeu et ont rejoint ce réseau social improvisé. Une idée sympathique qui casse les codes habituels du recrutement et fait la part-belle au bouche-à-oreille pour cette marque employeur pas comme les autres.

Vidéo de la campagne de recrutement Michel & Augustin

2 – Développer une présence digitale

L’utilisation du digital fait partie intégrante du quotidien des 16 – 25 ans. Les nouvelles générations naissent presque avec un smartphone dans les mains. Il est donc important d’adopter une posture stratégique en ce qui concerne la place d’une collectivité, d’une association sur internet. Il est important de se positionner et d’être présent là où les jeunes le sont.

Au niveau des réseaux sociaux, les 16 – 25 ans utilisent majoritairement Instagram, Tiktok, Snapchat et YouTube.  Il ne faut donc pas hésiter à publier sur ces réseaux et surtout proposer un contenu interactif et différenciant des autres acteurs de votre secteur. Pour retenir leur attention, le but est de les séduire, d’attirer leur curiosité voire même de leur faire prendre pleinement conscience de choses auxquelles ils n’auraient jamais pensé d’eux-mêmes.

A l’occasion de la rentrée scolaire 2021 – 2022, SeLoger.com s’est ainsi lancé sur TikTok. Partant du postulat que chercher son premier appartement est une étape importante dans la vie d’un jeune et souvent synonyme de stress et de galère, la plateforme de location immobilière est entrée sur le terrain de jeu de la génération Z afin de cibler et d’accompagner au mieux les locataires de demain.

Pour aller encore plus loin, la marque a lancé un dispositif créatif visant à interpeller et fédérer la Génération Z en lançant un hymne (et un challenge sur Tik Tok) autour du premier élément de personnalisation d’un habitat : le paillasson. SeLoger.com a ainsi fait appel à 5 influenceurs ( @romandoduik, @fleurfratacci, @yofunders_, @michaelaugustok et @jacqso) et leur a proposé de se filmer et de poster sur Tiktok une vidéo autour de leur interprétation de la “Slam Paillassong ”. Les influenceurs ont alors organisé un concours en vue de faire gagner 5 bons cadeaux de 500€ pour aménager son chez soi. Le but étant d’augmenter la notoriété et ainsi de recruter une communauté, ce concours rempli de dérision a suscité un réel intérêt chez les jeunes.

Pour en savoir plus sur cette campagne, cliquez ici.

3 – Miser sur les ambassadeurs et influenceurs

Pour toucher les 16 – 25 ans, il faut savoir adapter sa communication à son audience, et qui mieux que les jeunes eux-mêmes peuvent s’adresser à leurs pairs ? 

Aujourd’hui, il est beaucoup question d’influenceurs. YouTubeurs, Instagrammeurs, Tiktokeurs…Ils sont un bon moyen de « donner l’exemple » et, comme l’indique leur nom, d’influencer la jeunesse, d’accéder aux jeunes, et à minima, leur adresser un message. Encore faut-il cibler les bons clients !

Sans forcément faire appel à Mc Fly et Carlito comme l’a fait le Président de la République, il peut toutefois être intéressant de mobiliser des influenceurs locaux ou nationaux pour toucher les jeunes.

Un bon exemple de marque qui a mobilisé de façon efficace les influenceurs est la Croix-rouge.  L’organisme a pris conscience de l’utilité des réseaux sociaux pour sensibiliser, et par la même occasion effectuer des campagnes de dons. Dans une série d’affiches, la Croix-Rouge a intégré les codes des jeunes et de Facebook pour interpeller. Pour l’occasion, l’humoriste Norman Thavaud, le champion de rallye Sébastien Loeb et la chanteuse Selah Sue se sont prêtés au jeu.

Campagne de la Croix-rouge pour pousser les gens à « liker » la page de l’organisme.

Dans un autre registre, les Offices de tourisme du Parc National du Vercors ont fait appel, cet automne, à des influenceurs locaux afin de promouvoir leur territoire et de sensibiliser le grand public, et notamment les jeunes générations, à la préservation des milieux naturels de la destination.

4 – Stopper les clichés liés à la publicité ciblant les jeunes

Gare tout de même aux mises en scène trop « clichées » ! De nos jours, une publicité avec des jeunes qui se tiennent par les épaules ou main dans la main en souriant ne retiendra pas leur attention.

La SNCF, a ainsi tenté, en 2011, de promouvoir sa carte de fidélité à destination des plus jeunes, en s’adressant à eux en verlan. L’échec de cette campagne a été énorme.

A l’inverse, au travers de sa campagne de recrutement, l’école d’horticulture La Mouillère a souhaité réhabiliter les métiers de l’horticulture et combattre les préjugés liés à la précarité à l’emploi ou aux études du secteur. Elle a ainsi mis en place une campagne de communication créative plaçant l’étudiant au centre des préoccupations : « Être essentiel grâce à La Mouillère ».

Pour en savoir plus sur cette campagne, cliquez ici

Pour résumer, les organisations qui réussissent à toucher les jeunes sont celles qui parviennent à se mettre à leur place et qui viennent les toucher avec des codes et un référentiel de langage qu’ils reconnaissent immédiatement. Miser sur des ambassadeurs à qui ils peuvent facilement s’identifier est également une solution qui fonctionne. Ne reste plus qu’à être inventif et trouver la bonne idée qui rendra vos campagnes impactantes à coup sûr !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.