Les 5 principes d’une communication responsable

Durable, environnementale, accessible… A l’heure de la prise de conscience sociétale des organisations, la communication se doit d’être responsable, d’expliquer le fond de la démarche et de montrer l’exemple.
Mais qu’est-ce qu’une communication responsable ? Sur quoi repose-t-elle? Quels sont ses fondements ?

1. Communication responsable : Aller au-delà de l’éco-communication

Même si le volet environnemental est indispensable à une communication se voulant « responsable », cette dernière ne doit toutefois pas se réduire à cet aspect.
Eco-communiquer à travers les messages, les supports, les actions est certes important. Une communication responsable bien pensée, bien menée nécessite de répondre à des critères de durabilité tant écologiques qu’économiques.

Toutefois se concentrer uniquement sur ces deux aspects serait réducteurs. La responsabilité sociétale va au-delà de la responsabilité environnementale. La communication responsable s’attache, en conséquence, à un champ d’intervention plus large que celui de l’éco-communication.

A lire aussi

2. Rendre ses supports et actions de communication accessibles

Qui dit communication responsable dit communication accessible au plus grand nombre, notamment aux personnes en situation de handicap.
Développer des actions de communication en lien avec la responsabilité de son organisation sans faire en sorte qu’elles s’adressent à l’ensemble de ses publics serait une erreur.

Il est primordial de penser l’accessibilité éditoriale, graphique, vidéo, digitale et événementielle de sa communication.
Saviez-vous qu’un texte est considéré comme accessible s’il est compréhensible par des élèves de collège ?
Briefez-vous vos agences / graphistes pour optimiser la lisibilité de vos supports de communication ?
Développez-vous une démarche d’accessibilité numérique pour votre organisation?
Vous êtes-vous questionnés quant à l’accessibilité de vos événements aux personnes mal-entendantes, mal-voyantes ou en situation de handicap psychique?

Autant de questions à se poser dès la définition de la stratégie et du plan de communication !

A lire aussi sur :

3. Viser l’accessibilité universelle de l’information et de la communication

Au-delà des personnes en situation de handicap, une communication responsable doit s’adresser à l’ensemble des citoyens, des usagers que l’on soit une organisation privée, publique ou associative.

Or, d’après une étude de l’INSEE datant de 2012, 16% des 18 / 65 ans résidant en France métropolitaine éprouvent des difficultés dans l’un des 3 domaines fondamentaux de l’écrit (lecture, écriture, compréhension).

Il est donc primordial de penser une information et communication facilement accessibles à l’ensemble de la population. Utilisation de l’image et du dessin pour véhiculer certains messages, simplification des textes, approches événementielles sur le terrain… Pour permettre une prise de conscience globale et faire changer durablement les comportements, il faut adapter son message et ses actions à son public.

4. Déployer une communication responsable, pédagogique et enthousiaste

Une communication responsable vise notamment à faire prendre conscience des enjeux environnementaux et sociétaux, mais aussi à faire évoluer les comportements pour aller vers davantage de durabilité. Réduire la production de déchets, optimiser les consommations énergétiques, améliorer la qualité du tri, inciter à l’usage des mobilités douces, modifier les modes de consommation, développer l’implication citoyenne, promouvoir l’échange et l’altérité… Autant d’enjeux sociétaux qui impactent non seulement les collectivités locales, mais aussi les associations et les entreprises.

Or pour changer les comportements, adopter une communication moralisatrice, voir anxiogène ne fait pas recette. S’il faut donner des éléments factuels et tangibles sur les « risques » encourus, il est important de réhabiliter l’enthousiasme et de développer une communication ludique et pédagogique. Il faut donner envie aux habitants, aux usagers, aux clients, aux citoyens d’être les ambassadeurs d’un mode de vie repensé, d’un cadre de vie apaisé, d’une expérience de vie.

5. Co-construire les messages, supports et actions de communication avec vos parties-prenantes

Développer une communication responsable, c’est avant-tout penser une communication en phase avec les attentes, les usages et les modes de fonctionnement de ceux à qui elle s’adresse. Quelle meilleure manière d’appréhender ces éléments que de questionner les premiers intéressés?

Intégrer vos parties prenantes, qu’elles soient internes ou externes, dans l’élaboration de votre communication est une réelle valeur ajoutée, une étape indispensable. Vos messages gagneront alors en cohérence, vos actions en efficacité et votre communication en innovation.

Les + de MELT

MELT développe une approche transversale et experte de la communication responsable. Elle vous accompagne dans une démarche stratégique globale

N’hésitez pas à nous contacter par mail à marie@melt-communication.fr pour toute demande !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *